Intervention au SIAL 2010

Le Salon International de l’Alimentation a ouvert ses portes dimanche 17 octobre au parc des expositions à Villepinte. De mon assiette à notre planète a participé à 2 tables rondes.

La première a eu lieu dimanche 17 octobre sur le thème des inégalités face à l’alimentation. Nous sommes intervenus avec Jean Paul Charvet, Professeur de géographie et spécialiste des politiques agricoles et des marchés internationaux. Monsieur Charvet a présenté les chiffres de la malnutrition dans le monde : 1 milliard d’habitants sont en situation de dénutrition et plus de 1,7 milliard sont en surpoids ou obèses. 9 millions de personnes meurent de faim chaque année, et parmi eux 6 millions d’enfants de moins de 5 ans. Comment ne pas être choqués par cette mauvaise répartition de l’accès à la nourriture dans le monde ?

Nous avons présenté nos actions éducatives en faveur d’une alimentation de qualité. En France, 6 millions d’enfants fréquentent les cantines de la maternelle au lycée. 62% des élèves des établissements de l’éducation nationale fréquentent quotidiennement le restaurant scolaire Même si la famille est le premier lieu d’apprentissage d’un bon équilibre alimentaire, la cantine a un rôle important à jouer dans l’accès à une alimentation de qualité pour tous les élèves. D’où la nécessité d’accorder beaucoup de soin à la qualité des repas proposés.

Malheureusement, les repas sont de qualité inégale selon les établissements et le zapping alimentaire des élèves renforce encore les inégalités. Ainsi 30 à 40% des aliments ne sont pas consommés et partent à la poubelle, tous les jours, ce qui représente en moyenne 15 tonnes de nourriture jetée tous les ans dans des restaurants scolaires accueillant 400 convives. Par des actions pédagogiques, l’association De mon assiette à notre planète travaille sur les origines de ce gaspillage et sur les moyens d’y remédier ; sensibilisés, les élèves et toute la communauté éducative peuvent réduire le gaspillage de 20%, ce qui permet d’améliorer la qualité des aliments servis grâce aux économies réalisées.

De mon assiette à notre planète est également intervenue jeudi 21 octobre à une table ronde sur « La contribution des acteurs de la restauration collective », avec API Restauration, une entreprise de restauration collective et le Conseil Général de Rhône Alpes.

Alain Beau d’Arboussier, coordinateur développement durable de Api Restauration a montré comment son entreprise, 4ème entreprise de restauration collective en France, décline ses engagements pour des repas bons, sains et équilibrés. Un réseau de « référents développement durable » est présent dans chaque région. Alain Beau d’Arboussier a présenté un guide d ’éducation à l’alimentation « Défions les grabeurks, guide de survie alimentaire en milieu à une alimentation hostile.

Nicolas Sizaret est chef de projet développement durable à la Région Rhône-Alpes où la restauration durable est une priorité. Il coordonne un outil de mesure de l’impact carbone des repas dans les lycées : les 20 millions de repas servis chaque année dans les restaurants scolaires des lycées de la région émettent des gaz à effet de serre évalués à 60000 tonnes d’équivalent CO2, soit l’équivalent du chauffage de 150 lycées. Un ambitieux programme d’analyse des pratiques de tous les acteurs de la chaine de production et de distribution des repas est en cours afin que chacun puisse faire des choix qui minimisent l’impact de la RC sur l’environnement.

Nous avons quand à nous présenté les actions mises en oeuvre dans les établissements scolaires pour réduire les déchets alimentaires, favoriser les approvisionnements et la consommation de fruits et légumes locaux et de saison, introduire des produits bio, et apprendre aux élèves à savoir décrypter les étiquettes alimentaires. Implication des élèves dans leurs choix alimentaires, travail avec les équipes de cuisine et tous les acteurs de la communauté éducative permettent de sensibiliser les convives et de modifier les comportements.

Bien sûr le SIAL c’est aussi des aliments nouveaux et parfois incroyables, des dégustations de saveurs exquises, des créations gustatives , du bio, du luxe, de l’exotique, du design alimentaire. J’ai découvert notamment la saveur de l’ail noir, un ail fermenté au goût très doux, doté de remarquables propriétés antioxydantes et le chewing gum bio de Monsieur Peppersmith. Fabriqué avec de la gomme de forêts tropicales d’Amérique centrale et de la menthe en direct de la ferme de Yann dans le Somerset. Ecolo jusqu’à la poubelle puisque la boîte très jolie prévoit des petites feuilles pour y jeter votre chewing gum usagé tout en contribuant à accroitre votre culture sur l’histoire du chewing gum depuis 9 millénaires.

Un tour de planète alimentaire et gastronomique, c’est ce qu’a proposé en grand cette édition du SIAL 2010.