« Manger autrement » en Seine-Saint-Denis 11/11

Le conseil général de Seine-Saint-Denis organisait le 13 décembre 2011 une journée thématique sur l’alimentation en lien avec la santé, l’environnement et le budget. Une introduction par Etienne Champion, Directeur général adjoint, et Nicolas Sardon, Directeur de la stratégie et de l’organisation, en présentait le cadre. Cette série d’interventions et d’échanges venait clore le cycle 2011 de l’éco responsabilité.

Rappelons que la Seine-Saint-Denis a adopté un Agenda 21 depuis un peu plus d’un an ainsi qu’un Plan Climat Energie (http://www.seine-saint-denis.fr/-Agenda-21-.html) et que 50 000 repas y sont servis chaque jour aux collégiens.

Cette journée avait notamment pour objectif de rappeler les enjeux d’une meilleure alimentation sachant que 26% des émissions de GES sont dues à notre alimentation et que 1, 3 milliard de tonnes de produits alimentaires sont gaspillés chaque année. Une première intervention de Anne Didier Pétremant, de l’association De mon assiette à notre planète dressait un panel des enjeux environnementaux, sociaux et économiques de notre alimentation, tout en proposant des alternatives simples et concrètes.

Le Conseil Général étant particulièrement attentif aux questions sociales, le sujet de l’alimentation associée à la précarité fut abordée par Bénédicte Guillot de la Direction de la prévention et de l’action sociale. Madame Guillot présentait une animation, alliant éthique et pratique, dont l’objectif était de répondre à la question de comment s’alimenter avec un petit budget. Cette activité fut réalisée en partenariat avec la PMI ainsi que le centre socio culturel. Ce réseau de partenaires locaux leur permet de développer et d’implanter leurs actions.

Les objectifs des ateliers étaient divers :

  • Apprendre à lire les étiquettes ;
  • Trouver des astuces pour faire des repas aux apports nutritionnels mieux adaptés ;
  • Adapter les modes de cuisson ;
  • Pour finalement, confectionner un repas complet ensemble.

Une question récurrente lors des ateliers interrogeait ce qu’on pouvait faire manger aux adolescents autre que des repas issus de la restauration rapide.

L’équipe est donc partie du constat qu’un menu de type « fast food » coûte 6,30 € , avec des apports nutritifs peu bénéfiques.

Dans un deuxième temps, travail sur un menu plus équilibré, le plus transversal possible (adapté à tous les âges) en y intégrant les critères de l’impact environnemental.

  • Le bilan de cette activité fut positif et l’objectif atteint puisqu’il est effectivement possible de manger équilibré pour 3,5 €/jour, avec des produits frais et non importés.

Un dernier témoignage concernait les repas servis dans les 55 crèches départementales de Seine-Saint-Denis, accueillant 3095 enfants. Il nous a été présenté par Elisabeth Bourdon, diététicienne, Directrice des crèches.

Chaque crèche départementale possède sa propre cuisine. Les plats sont préparés sur place. Il y a un véritable lien entre les cuisiniers, les parents et les enfants, favorisant la communication, l’échange de recettes et l’attention aux repas.

En 2010, 485 387 repas (déjeuners et goûters) ont été servis, le coût denrées d’un repas étant de 2,3 € par enfant.

En 2008, les premiers produits bios ont été introduits : pommes de terre et carottes, puis yaourts nature sans sucre (en supprimant à chaque fois les autres produits similaires conventionnels). En 2010, les épinards, les steaks hachés et les viandes égrenées surgelés ont été ajoutés aux commandes. En 2012, 20% des approvisionnements se feront en produits bio, avec l’introduction de coquillettes et de 3 variétés de biscuits secs, respectant ainsi les objectifs de 20% de produits bio servis en 2012 en restauration collective.

Notons que le cahier des charges exclu les produits issus de cultures d’OGM. Une attention particulière est apportée à la réduction des emballages et de la fréquence des livraisons.

L’après midi fut consacrée à une visite des coulisses d’un restaurant scolaire et à une rencontre avec 2 cuisiniers engagés pour allier qualité et plaisir à la cantine : Yves Milesi, chef de cuisine au Collège Lenain de Tillemont à Montreuil et Gérard Savona, chef de cuisine au Collège Léon Jouhaux à Livry Gargan.

 

Ces 2 chefs s’ingénient tous les jours à satisfaire les convives et à aller au delà des recommandations nutritionnelles, déclinées dans le plan alimentaire et le tableau de fréquence de service. Par un dialogue avec les convives et une remise en cause permanente, ils ont fait de « la cantine » un lieu de plaisir et de sérénité.

Manger durable en Seine-Saint-Denis, un chemin à poursuivre dont on peut s’inspirer !

Anne Didier-Pétremant et Juliette Dèche

Décembre 2011